Retrouver l’utilisateur d’un fichier avec Samba

Saisir la commande suivant (en ne tapant que le nom du fichier sans le chemin) :

smbstatus | grep filename

ce qui   donne l’identifiant du processus ou PID (Process IDentifier).

Puis saisir la commande :

smbstatus | grep PID |grep user

ce qui affiche en début de liste le nom de l’utilisateur.

Enfin saisir éventuellement la commande :

kill PID

ce qui libère le ficher sans prévenir l’utilisateur.

Source :

Requêtage avancé avec le formulaire de QGIS

1. Contexte

Un projet QGIS comportant des relations entre des tables et dans lequel on souhaite faire de la saisie de données attributaires via un formulaire dans une table b à partir d’une table a.

L’affichage de la liste des valeurs saisies dans la table a renvoie par défaut l’identifiant de l’objet, souvent peu compréhensible en soi.

Exemple :

liste_sites

2. Paramétrage

2.1 Relations entre les tables

Les relations sont créées via le menu Projet > Propriétés du projet > Relations > Ajouter une relation

On créé le lien entre les deux tables a et b en complétant les champs dans la fenêtre suivante :

relations

2.3 Installation des extensions de requêtage avancé

Dans l’onglet « Paramètres » du gestionnaire d’extension, cocher la case « Afficher les extensions expérimentales ».

Installer les extensions suivantes :

  • Expression Plus FR
  • refFunctions

3. Expressions avancées

3.1 Accès au paramétrage de l’expression

Dans le formulaire de la table a, en cliquant sur le bouton « Expression », il est possible d’accéder à la fois à la fenêtre de paramétrage de l’expression ou à la sélection d’un champs de la table b pour l’affichage par défaut :

expression

Les extensions installées auparavant ajoutent les blocs « Expressions FR + » et « Reference » à la liste des fonctions.

3.2 Fonction format_date()

  • Usage : formatage de dates
  • Accès : Chaîne > format_date
  • Syntaxe :

format_date(date_enregistrement, ‘dd/MM/yyyy’)

3.3 Fonction dbvaluebyid()

  • Usage : affichage d’un champs d’une autre table par jointure
  • Accès : Reference > dbvaluebyid
  • Syntaxe :

dbvaluebyid(‘Alias de la table cible’, ‘champs_cible’, cle_etrangere)

4. Sources

Installation de l’extension GIS dans dans Pentaho Data Integration 5.4

Extension GIS développée par Atol CD

Maven

Supprimer les scories à l’intérieur d’un polygon avec PostGIS

L’union de polygones contigus peut parfois générés des scories (lignes résiduelles, trous…) dans le polygone ou le multipolygone assemblé. L’utilisation des fonctions de PostGIS permet de résoudre ces problèmes en quelques étapes.

Dans le cas de polygones simples, les étapes 2 et 3 sont suffisantes.

L’utilisation des fonctions est décomposée en plusieurs étapes mais il est bien sûr possible de les combiner. De même, des tables ou des vues sont créées à chaque étape afin de vérifier visuellement les résultats dans un outil SIG bureautique.

1. Exploser un multipolygone

Si la géométrie à traiter est un multipolygone, il est nécessaire de l’exploser au préalable en plusieurs polygones à l’aide de la fonction ST_Dump :

CREATE TABLE tablename_st_dump AS
SELECT fieldname, (ST_Dump(the_geom)).geom AS the_geom 
FROM tablename;

2. Récupérer la polyligne extérieure d’un polygone

On utilise ensuite la fonction ST_ExteriorRing pour récupérer la polyligne extérieure du polygone ce qui permet de supprimer toutes les scories internes au polygone (c’est-à-dire n’intersectant pas cette ligne) :

CREATE TABLE tablename_st_exterior_ring AS 
SELECT fieldname, ST_ExteriorRing(the_geom) AS the_geom
FROM tablename_st_dump;

3. Transformer la polyligne en polygone

On utilise la fonction ST_MakePolygon pour transformer la polyligne récupérer en polygone :

CREATE TABLE tablename_st_make_polygon AS 
SELECT fieldname, ST_MakePolygon(the_geom) AS the_geom
FROM tablename_st_exterior_ring;

4. Assembler les polygones dans un multipolygone

Si la géométrie initiale était un multipolygone, on peut assembler les différents polygones  avec la fonction ST_Union :

CREATE TABLE tablename_st_make_polygon AS 
SELECT fieldname, ST_Union(the_geom) AS the_geom
FROM tablename_st_make_polygon
GROUP BY fieldname;

Sources :

Créer une vue à partir d’une table provenant d’un autre base de données PostGreSQL avec dblink()

Dans le cas d’une requête utilisant des tables de deux bases de données PostGreSQL, il est parfois plus simple de créer dans la première base une vue d’une table présente dans la seconde plutôt que d’effectuer la requête directement.
Pour ce faire, on utilisera également la fonction dblink() :

CREATE VIEW my_view AS
SELECT *
FROM dblink('dbname=my_db', 'select id, name from pg_table')
AS index(id integer, name character);

Source :

Calculer le pourcentage d’intersection entre deux polygones

Dans le cas du calcul de l’intersection de deux couches de polygones commune et zonage pour lesquels le contour des polygones zonage peut être constitué d’un assemblage de polygones commune, la fonction ST_Intersects donne également dans le résultat tous les polygones commune touchant la limite d’un polygone zonage sans le couper.

Pour affiner le résultat, il est possible d’utiliser la requête suivante :

CREATE OR REPLACE VIEW my_schema.my_view AS
SELECT *
FROM my_schema.zonage zonage, my_schema.commune commune
WHERE st_intersects(zonage.the_geom, commune.the_geom)
AND (st_area(st_intersection(zonage.the_geom, commune.the_geom)) / st_area(commune.the_geom)) > 0.1::double precision;

Une vue est créée pour faciliter la réutilisation de la requête et notamment le paramétrage du pourcentage de surface minimum pour que le polygone commune soit prise en compte dans le résultat.

Source :

Utiliser Git avec GitHub sous Windows

Installation et paramétrage

Télécharger GitHub For Windows à l’adresse suivante : http://windows.github.com/

Installer l’application en double cliquant l’exécutable.

Créer un compte sur GitHub : https://github.com/

Paramétrer le compte dans GitHub For Windows via tools > options .

Sélectionner un shell par défaut puis valider par le bouton Update.

En cas de dépôt existant, ouvrir l’explorateur de fichier et faire un glisser/déposer du dossier sur l’interface de GitHub For Windows.

Se positionner sur le dépôt puis ouvrir un shell via tools > open a shell here.

Si besoin, configurer le proxy :

git config --global http.proxy http://user:pass@proxyhost:proxyport

Commandes de base

Dans le cas où le dépôt Git est géré via l’IDE NetBeans.

Synchroniser initialement le dépôt distant avec le dépôt local (branche principale) :

git push origin master

Utiliser ultérieurement la commande suivante pour synchroniser les nouveaux commits :

git push

Sources :